Eduardo Kac expose Télescope intérieur

Cet automne, Télescope intérieur fait l'objet d’une exposition à Chicago puis à Berlin, poursuivant le parcours international de l'œuvre performée par Thomas Pesquet à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en février 2017.

Les deux expositions proposeront une déambulation parmi les œuvres créées tout au long du projet Télescope intérieur. Photographies, broderies et textes permettront ainsi, en regard du film de l'œuvre elle-même, de saisir la démarche artistique menée par Eduardo Kac et d'aborder une œuvre à l'apparence très dépouillée.

Télescope intérieur se démarque, dans le milieu très technologique de l'ISS, par la pauvreté des matériaux employés et la simplicité du dispositif plastique. Seules deux feuilles de papier A4 et une paire de ciseaux ont été nécessaires au spationaute Thomas Pesquet pour réaliser l'œuvre. Au delà du contraste intentionnel avec son lieu de création, Télescope intérieur propose une réflexion sur les formes nouvelles de langage et plus particulièrement de poésie qu'induisent la présence humaine dans l'Espace. L'absence de gravité suggère une révision des sens de lecture traditionnels et aboutit pour l'artiste à un poème tridimensionnel de portée universaliste formant le mot "moi". Il se place dans une démarche plus vaste d'Eduardo Kac orientée vers l'appropriation des nouvelles technologies à travers la création artistique.

Après une première présentation au public lors du festival Sidération 2017 et à la galerie Charlot à Paris, puis à Rio de Janeiro (Luciana Caravello Arte Contemporanea), Buenos Aires (Bienalsur), Rome (MAXXI, Media Art Festival), Tel-Aviv (galerie Charlot) et Toulouse (FRAC Toulouse Occitanie - Les Abattoirs), l'ensemble du travail effectué pendant l'élaboration de Télescope intérieur sera d'abord visible à la galerie Sector 2337 (Chicago) du 7 au 30 septembre. L'exposition se déplacera ensuite à la DAM Gallery (Berlin) du 9 novembre au 30 décembre.

Eduardo Kac