En juin 2015, plusieurs artistes en résidence exposent leurs projets en cours d’élaboration en partenariat avec l’Observatoire de l’Espace

Retrouvez David Blair, Olivier Bleys, Bertrand Rigaux et Tomás Saraceno lors de conférences et d’expositions en France et à l’étranger.

David Blair, The Telepathic Place
Pour Sidération, David Blair a créé une vidéo expérimentale contée à la première personne. Dans son récit, le narrateur relie des lieux, des objets et des documents historiques relatifs à la création et à l’utilisation d’instruments d’optique servant à recueillir des données lors de missions scientifiques du CNES.
L’histoire commence dans les années 70 et fait défiler une variété de projets spatiaux importants. Le narrateur est une sorte de bonimenteur, comme au cinéma des premiers temps, qui raconte l’histoire de tous les personnages à mesure qu’ils passent, silencieux, à l’écran. Dans un jeu télépathique le narrateur prête sa voix à des acteurs du monde spatial et fait traverser le temps et les lieux aux spectateurs à travers leur mémoire.

The Telepathic Place sera présenté au American Museum of the Moving Image dans le cadre du New York Electronic Arts Festival le 28 juin.

Olivier Bleys, devenir le premier écrivain de l’Espace
Depuis vingt ans et la publication de son premier livre, Olivier Bleys nourrit le rêve de devenir le premier, ou l’un des tout premiers écrivains dans l’espace.
Sa résidence en impesanteur en octobre 2014 à bord de l’Airbus Zéro-G a constitué la première étape de cette longue entreprise.

Il participera lundi 8 juin à une conférence organisée par Cap Sciences à Bordeaux : « Le voyage dans l’espace : un rêve qui devient réalité ? » aux côtés de Jean-François Clervoy, PDG de Novespace et Jêrome Saget, médecin et candidat français du programme Mars One.


Bertrand Rigaux participe à l’exposition Trans formation
Il présentera son projet « Ciel » réalisé en partenariat de l’Observatoire de l’Espace. Afin de restituer une certaine “conquête de l’espace” et d’approcher, au figuré comme au sens propre, nos limites, Bertrand Rigaux présente une vidéo du ciel au cours d’une ascension dans l’atmosphère.
Le désir qui motive cette expérience est de « cristalliser ou d’attiser l’imaginaire, et littéralement mais imperceptiblement de montrer ce qui est difficilement concevable : l’avancée vers l’inconnu en l’absence de tous repères ».

Trans Formation, du 26 juin au 11 octobre 2015 au Lab 71 à Dompierre les Ormes

Tomás Saraceno, Becoming Aerosolar
Le projet « Anthropocene monument » auquel il consacre sa résidence a pour objectif final la création d’une pièce qui incarnerait l'existence de la nouvelle période géologique qu’est l'Anthropocène. Dans le cadre de ce projet de recherche art-science à long terme, Tomás Saraceno s’intéresse à la technologie MIR (Montgolfière Infra Rouge) mise au point par le CNES qui lui a prêté un modèle pour ses travaux.

Avec l’exposition Becoming Aerosolar au 21er Haus à Vienne, il propose au public de repenser notre relation à la Terre et au soleil, les notions de vie et de circulation d’énergie à travers son projet de villes volantes qu’il appelle aussi Air-Port-Cities ou Cloud Cities.

Tomás Saraceno, Becoming Aerosolar, 21er Haus, Vienne, du 24 juin au 30 août 2015




ballon léger dilatable emportant une caméra pour le projet « Ciel » de Bertrand Rigaux