Cet univers entier dans ma bouche De et avec Isabelle Bats

Conduits par petits groupes au fond d'un couloir labyrinthique du CNES, les spectateurs pénétraient dans une petite salle aux parois agrandies par des projections, facettes multiples d'énigmes visuelles à décrypter. Aux rythmes lents et obsédants de balayages scrutateurs du monde, dans les éclats des vidéoprojecteurs, pendant une vingtaine de minutes, un espace de méditation s'est ouvert, né de plusieurs formes jouxtées : structures d'alignements d'atomes, assemblages de lamelles cristallines, réseaux neuronaux, ou ensembles galactiques. Mais l'énigme s'épaissit, à la découverte de silhouettes de chaque visiteur captées précédemment à leur arrivée, retravaillées et projetées au plafond. Un vertige plus grand alors s'ouvrait, mise en abîme de la conscience de chacun en ce qui peut la dépasser.

Traversée
une installation vidéo interactive de Roseline Delacour
1/22