Je ne m'en sors pas De et par Anne Kawala

Assis au sol sur des coussins, plongé dans le noir, le public a assisté à l'expérience de Maguelonne Vidal, seule à sa console de mixage au centre de la pièce, avec ses quatre volontaires debout, proches des parois de la salle, isolés dans une zone de lumière. Bientôt l'espace sonore est envahi par un battement de coeur, puis par plusieurs, au fur et à mesure des gestuelles chorégraphiés des volontaires. Ainsi générés, dans ses différences et variations de rythmes et de phrasés, ces battements qui composent une partition singulière, pourraient être les nôtres. Et le long silence final qui précède le retour à la lumière témoigne alors de la force fascinante de ce signe ultime de la vie lancé dans l'espace obscur.

Le cœur du son
composition musicale participative par Maguelone Vidal
19/22