Le Caravansérail de l’Espace

Accès libre et gratuit

Samedi de 14h à 20h
Dimanche de 14h à 18h


Le Caravansérail est un lieu ouvert en permanence, une zone étrange dans laquelle le public peut entrer et sortir librement durant tout le week-end. Il peut y rester des heures ou simplement passer, attiré par un son, une image ou une phrase. Labyrinthe de couloirs et de salles, lieu de contemplation, de réflexion, de fourmillement de rencontres ; certains y ont élu résidence. Ils nous accueillent dans cet espace qu’ils façonnent à leur image.

Jakuta Alikavazovic et David Christoffel
Les deux auteurs reçoivent sans discontinuer des historiens, ingénieurs, scientifiques, philosophes, artistes et écrivains, pour explorer les méandres des relations affectives que les hommes entretiennent dans l’Espace avec des robots, des cyborgs et différents compagnons. Au fil des dix heures de performance réparties sur deux jours, ils interrogent, consignent, enregistrent, confrontent, et dévoilent une imposante richesse thématique autour du sentiment de présence, de l’altérité, de l’empathie envers les robots, du truchement et du dédoublement ou encore du sentiment déceptif du cyborg.

Samedi 19 mars

14h Véronique Béland, plasticienne : Le Cosmos a-t-il des paroles réconfortantes pour l’homme ?
14h30 Philippe Gaudon, Ingénieur, responsable de l’atterrisseur Philae : Nos machines sont étrangement vivantes
15h30 Virginie Poitrasson, auteure : A la recherche d’une indéfectible compagnie
16h Carole Tafforin, éthologue, spécialiste des sciences du comportement Les relations interpersonnelles dans l’espace
17h Christian Mustin, exobiologiste : Où sont-ils ? Qui sont-ils ?
17h30 Dorothée Smith, plasticienne : Les fantômes sont-ils nos amis dans l’espace ?
18h30 : Kitsou Dubois, chorégraphe : Apprivoiser un corps transformé

Dimanche 20 mars

14h Donald Abad, plasticien : L’échec de la condition de cyborg
14h30 Claude-Lionel d’Uston, planétologue : se dédoubler dans l’espace
15h30 Magalie Ochs, chercheur en informatique : un océan d’affects chez les robots
16h Charlotte Poupon, doctorante en géographie et neurosciences : se réconcilier avec soi
17h Gaël Langevin, designer : se fabriquer de la compagnie en toute liberté
17h30 Manuel Candré , auteur : Le désir d'humanité

Gaël Baron
Une fois par heure, Gaël Baron se plongera pour notre plus grand plaisir dans la revue de littérature Espace(s) et fera résonner dans la cabine où il accueille le public un texte choisi dans l’un des douze numéros. Véritable homme livre, on le verra parfois déambuler dans les couloirs interminables du Caravansérail, les mots à la bouche.

Samedi
14h30 : Thomas Gunzig : Correspondance amoureuse d’un modèle récent d’homme de ménage
15h30 : Loïc Daverat
: Spirit
16h30 : Virginie Poitrasson : Sonzai-kan exploration
17h30: Jocelyn Bonnerave : Space is the place
18h30 : Jacques Sivan : Direct data life d’un cyborg
19h30 : Patrick Delperdange : Faces, faciès, façades

Dimanche
14h30 : Livia Galeazzi : NXRO
15h30 : Manuel Candré : Gobot, nuit et jour
16h30 : Éric Vial-Bonacci : En attendant Lobo
17h30 : Mariette Navarro : La Curiosité

L’humanoïde Brioux
Ce personnage mystérieux dont la conscience autrefois perdue dans l’Espace s’est retrouvée dans ce corps bricolé par la compagnie Les Zampanos part à la rencontre des humains à la recherche d’images, de regards et d’émotions que lui ne connait pas en posant des questions. Au commencement de chaque heure, il s’éveille de sa rêverie et interroge le public sur quelques-uns de ses thèmes de prédilection comme le voyage, le spectacle, la mort, l’imaginaire, les apparences, la solitude, la différence, la singularité, l’appartenance à un territoire, à une tribu, l’empathie… Auprès de lui, chacun peut expérimenter la rencontre avec l’autre.

Eric Cordier
Isolé sous un casque, le visiteur pourra écouter Les sons de Saturne et découvrir une nouvelle figure de cette planète. Bien qu’il n’y ait pas de son dans l’Espace, les ondes radio détectées recèlent pour le musicien un potentiel musical une fois transposées dans la gamme des fréquences audibles. Il propose d’offrir une approche sensorielle de ces données scientifiques.

Raphaël Dallaporta
Cette installation explore l’obsession de l’Homme pour l’Espace et interroge notre relation au progrès, à la mémoire et à l’oubli. Elle évoque la figure fantomatique de Wernher von Braun, le concepteur des V2 nazis, précurseur des fusées. Secrets repousse les limites de la photographie vers une dimension narrative voire romanesque.

Bertrand Rigaux

L’intention de ce projet vidéo est de cristalliser ou d’attiser l’imaginaire, et littéralement mais imperceptiblement de montrer ce qui est difficilement concevable : l’avancée vers l’inconnu en absence de tous repères. Un objet à l'infini est le film d’une élévation dans les airs, qui donne à voir les lents changements de couleur du ciel, évoquant ainsi une certaine “conquête de l’espace”.

Visuel du festival Sidération 2016
museeretoursavoircreation
manif-retmusee_patrimoine
clav1