Le regard de quatre artistes sur les plans et documents spatiaux

Les étapes, les différentes techniques de dessin et les annotations manuscrites que portent les plans évoquent les processus mentaux qui précèdent la réalisation des projets d'exploration spatiale. Le public de Nuit Blanche a pu se confronter aux réponses proposées par Loïc Pantaly, Olivier Perriquet et Vincent Odon & Cédric Hoareau. Poétiques, ironiques ou loufoques, elles apportent un regard nouveau sur ces documents et en soulignent la pertinence comme source d'inspiration artistique.

Loïc Pantaly, Projet SSCP
Prototype fictionnel d’une sonde destinée à être envoyée dans l’espace, dont les bras mobiles s’animent régulièrement, IRIS et le large panneau où sont portés schémas et annotations montrent l’appropriation joyeuse de ces archives opérée par l’artiste. Jouant avec sérieux sur les plans de véhicules spatiaux, il développe son propre langage, scientifique et absurde à la fois. "Je me moque de savoir si les machines pourraient vraiment être fonctionnelles, mon but est de tout mettre en œuvre pour accomplir un rêve, formaliser un univers. " (Revue Espace(s) 13)


© CNES/Patrick Dumas



Olivier Perriquet, Post machine

En s'appuyant sur des techniques d'illusion d'optique, l'œuvre d'Olivier Perriquet donne l'impression d'une image qui s'abstrait de sa matérialité pour se déployer dans l'espace. Les documents ainsi revisités construisent une généalogie fictive et suggèrent une transformation qui serait mue par des forces internes. L'artiste donne une autonomie troublante aux plans d'objets de l'exploration spatiale qui semblent alors répondre à une forme de déterminisme. (Extrait de la revue de création Espace(s)13)

Olivier Perriquet
© CNES/Patrick Dumas


Vincent Odon et Cédric Hoareau, La Surenchère
Cette installation est une nouvelle étape dans le travail conduit depuis 2004 par les deux artistes plasticiens et vidéastes. Ils se filment dans des saynètes qui se répondent les unes les autres et mettent en images entre rire et ironie leur compréhension des images d’archives. "La précision des plans d'archives nous donne une direction. Les prolongements que l'on peut y apporter, par nos dessins ou par nos actions vidéo, constituent des écarts qui s'opposent très certainement à la précision initiale de chaque archive. C'est dans cet écart que se situe notre travail." (Revue Espace(s)13)

Vincent Odon et Cédric Hoareau
© CNES/Patrick Dumas


Affiche Vertige