Et l'extra-terrestre, alors ?

Le premier épisode, intitulé « Et l'extra-terrestre, alors ? » s'est déroulé le vendredi 11 avril 2014 à Paris chez Ent'revues, avec les auteurs Karin Serres et Charles Pennequin et l'exobiologiste Christian Mustin

La soirée, animée par l'auteur Eric Pessan, membre du comité éditorial de la revue Espace(s), s'est déroulée en quatre temps.

Tout d'abord, Christian Mustin, géomicrobiologiste et directeur de recherche au CNRS, a présenté ses réflexions sur les possibilités de vie extra-terrestre, en évoquant son sujet de prédilection : les bactéries.


Christian Mustin
© CNES/Perrine Gamot

Obtenir Adobe Flash Player

Karin Serres, autrice et metteuse en scène, a ensuite lu l'histoire qu'elle a écrite pour Espace(s) n°10 au sujet d'un mystérieux nuage jaune citron, en s'inspirant des formulaires proposés par le GEIPAN, le Groupement d'Etude et d'Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés du CNES.

Obtenir Adobe Flash Player

Le poète Charles Pennequin a proposé une lecture performée du texte qu'il a écrit suite à sa rencontre avec des exobiologistes, évoquant successivement les projets de destruction d'un petit martien et les « exozomes » et autres « exo-autres ». Sa performance était inspirée des deux textes qu'il a écrit pour le numéro 10 de la revue Espace(s).

Charles Pennequin
© CNES/Perrine Gamot

Obtenir Adobe Flash Player

La soirée s'est achevée avec une discussion entre les trois invités, le public, et Gérard Azoulay, le responsable de la rédaction de la revue.

Soirée Ent'revues
© CNES/Perrine Gamot

Tous ont évoqué lors de cette discussion la richesse du croisement des regards scientifique et littéraire sur l'Espace. « J'ai eu l'impression que le travail scientifique du GEIPAN rencontrait une énorme quantité d'histoires qui naissent dans ma tête. », a expliqué Karin Serres. Interrogé sur ce que la rencontre avec des scientifiques a apporté à son écriture, Charles Pennequin a répondu : « Beaucoup de choses m'ont été données et elles me font rêver, finalement. Je les mélange avec le quotidien et avec d'autres histoires que j'entends. ». Christian Mustin, quant à lui, a mis en regard le discours scientifique et l'écriture littéraire : « Avec la littérature, on découvre un autre monde d'écriture, une autre façon de transmettre de l'imaginaire, mais aussi de la réalité. Mais simplifier les discours scientifiques pour les rendre compréhensibles par le grand public, c'est aussi un travail de réécriture de la pensée.»

.La rencontre s'est achevée sur cette conclusion de Gérard Azoulay, responsable de l'Observatoire de l'Espace : « Finalement, vous avez assisté en direct au processus de création que nous mettons en place depuis des années, c'est-à-dire un acteur du monde spatial ou un scientifique qui expose son sujet face à des auteurs. Peut-être que nous trouverons dans le prochain numéro d'Espace(s) des textes sur des HLM remplis de bactéries ! ».