Nuit Blanche avec les Voyageurs de l'Espace

Dans la nuit du 2 octobre 2010, de 21h00 à 02h00, le siège du CNES a ouvert ses portes au public pour la 9e édition de Nuit Blanche. Musiciens et acteurs de la formation des Voyageurs de l’Espace proposaient, à l’occasion de l’année France-Russie, une soirée de création mêlant performances musicales, littéraires et cinématographiques, sur le thème des Correspondances Paris-Moscou. Retrouvez les dix mouvements joués durant cette soirée sur Selfworld.



Deux acteurs, un français, Laurent Poitrenaux et un russe, Vithya Ponomarev , ainsi que cinq musiciens, Alexeï Aigui, Etienne Bultingaire, Philippe Foch, Didier Petit et Christian Sébille, surprendront le public tout au long de cette soirée.

Alexei Aigui :
Violoniste de formation, Alexeï Aigui a collaboré avec différents groupes de rocks alternatifs avant de fonder l’Ensemble 4’33, formation hybride aux tonalités changeantes. Il s’est également spécialisé dans la sonorisation de films muets et l’accompagnement de spectacles vivants. A la frontière entre musiques contemporaines et références traditionnelles, le travail d’Alexeï Aigui le place à l’avant-garde de l’innovation musicale.


Etienne Bultingaire :
Après des débuts comme régisseur son au théâtre des Amandiers, Etienne Bultingaire rentre à l'IRCAM comme assistant son en 1982. Il a collaboré avec tous les compositeurs qui gravitent autour de Pierre Boulez puis avec Karlheinz Stockhausen et Luciano Berlio. A la fin des années 80 il rencontre Claude Barthélemy dont il suit l'ONJ pendant 2 ans, Michel Portal qu'il sonorisera pendant 7 ans et Pierre Henry avec qui il travaille toujours. Il crée des musiques pour le spectacle vivant et poursuit parallèlement une activité pédagogique en formation des métiers du son.


Philippe Foch :
Philippe Foch débute à Lyon puis s'installe à Paris en 1985. Il a étudié à l'IACP et Agostini, avant de s'initier aux tablas quelques années plus tard. Il a travaillé comme musicien et comédien avec la compagnie théâtrale L'Entreprise et a composé plusieurs musiques de spectacle. En 1994, il fonde Les amants de Juliette avec Benoît Delbecq et Serge Adam. On le connaît aussi comme batteur du Akosh S. Actuellement il tourne Fugit et Kernel. Il prépare Red Torsion avec Eryck Abecassis ainsi que la bande son de la prochaine création de Mathurin Bolze.


Didier Petit :
Violoncelliste, son parcours débute en 1969. Il se tourne vers le jazz, entendu dans toutes ses ouvertures possibles. Pendant dix ans, il a sévi dans le Celestrial Communication Orchestra d’Alan Silva entre Free jazz et musique contemporaine et, en 1990, ce musicien généreux et exigeant crée la maison de disques In situ qui deviendra très vite une référence indispensable dans le monde des musiques modernes.


Laurent Poitrenaux :
Comédien, Laurent Poitrenaux rencontre, à l’école Théâtre en Actes, Ludovic Lagarde, c’est le début d'une longue collaboration. A sa sortie Christian Schiaretti l’engage sur un spectacle, puis l'intègre dans la troupe du CDN de Reims qu’il dirige. Il travaillera ensuite avec Eric Vignier, Thierry Bedard, Arthur Nauziciel, Daniel Jeanneteau ou Yves Beaunesne. Dernièrement il a travaillé avec François Berreur sur un monologue, une adaptation des carnets de l’auteur Jean-Luc Lagarce. Au cinéma, il est acteur pour Claude Mouriéras et Pierre Jolivet.


Vitya Ponomarev :
Comédien russe formé à l'école d'Anatoli Baskakov à Oulan-Oudé en Sibérie, sa formation à la russe impose sa stature hors-norme, sa voix de basse et un indécidable accent sur les scènes d'un certain théâtre contemporain français : Alexis Forestier, Clyde Chabot, Judith Depaule entre autres. On l'a notamment remarqué dans les derniers spectacles de Marie-José Malis comme son exceptionnel Prince de Hombourg, ainsi que dans Pouchkine auprès du saxophoniste américain David Murray.


Christian Sebille :
De formation instrumentale classique, Christian Sebille se consacre dès 1987 à la musique électroacoustique puis se tourne vers les musiques mixtes. En 1993, il fonde Césaré, un studio de création musicale. Depuis six ans, il développe un dispositif informatique lui permettant la transformation du son en temps réel. Ce travail liant geste et improvisation lui a permis de collaborer avec de nombreux musiciens tels que Sylvain Kassap et Alex Grillo. Son travail se situe aux frontières du concert, de l’installation, du cinéma et de la performance.

 

 


clav1