Entre Art et Science

Après la projection de créations vidéos sur fond de musique électro, la soirée-débat sur le thème Art et Science débute enfin.

Le débat est animé par Giovanni Occhipinti, géophysicien. David Dumoulin, sociologue et Jean-Marc Galan biologiste sont présents sur le plateau et interrogent les invités.

Première intervenante : Monique Sicard, chercheur au Cnrs, spécialiste des relations entre images et savoirs scientifiques. Elle a dirigé entre autre la rédaction du livre Chercheurs ou artistes? Entre art et science ils rêvent le monde.

La collaboration entre art et science a-t-elle toujours existée ou est-elle la conséquence d’une société hypertechnologique ?

Monique Sicard : les relations entre art et sciences ont toujours existée. Déjà, à la Renaissance, nous repérons des figures iconiques comme Léonard de Vinci. Cependant, au XXe siècle, l’imagerie scientifique explose et la fusion entre art et science est accélérée. Il y a cependant des périodes de rupture : au début du XIXe, la technique de la photographie apparaît et les scientifiques s’en emparent. Désormais on n’a plus besoin de l’observateur, de la personne. À la fin du XIXe, des astronomes ont voulu prendre en photo la Lune. Ils constatent que pour rendre compte de certains phénomènes, l’œil est toujours indispensable. Cette tendance, ce retour du « je », s’accélère avec le développement des sciences humaines, de la psychologie.




Quelle est la démarche qui permet à l’art et à la science de se rencontrer ?

Monique Sicard : La relation entre art et science n’est pas symétrique. Nous constatons que quand un projet est mis en place dans le but d’associer l’art et la science, les artistes affluent davantage car ils voient là une source de création.

Après cette échange, Emmanuel Rebus, artiste et mathématicien nous a présenté une de ses installations : un dispositif expérimental sur le modèle de la corde vibrante de Pythagore. Ici la corde est remplacée par un ruban métallique de plus de cinq mètres de long. Un dispositif permet de la faire vibrer et le son qui émane est capté par un haut-parleur.

Quelles sont les réactions de vos collègues mathématiciens lorsque vous leur présentez vos activités artistiques ?

Emmanuel Rebus : Je ne suis pas un cas isolé ! nombreux sont mes collègues qui pratiquent en plus des mathématiques une activité artistique, le plus souvent musicale. Cependant, je constate que ceux-ci ont des goûts très classiques…

C’est au tour du deuxième artiste invité, Edourdo Kac, plasticien du vivant de participer au débat en direct de Chicago. Une connexion Skype est établie…Il nous raconte son œuvre.

Son oeuvre est un encouragement aux interactions dialogiques et est une mise en confrontation de problèmes complexes comme l'identité, la communication, la médiation, et la responsabilité. Il est mondialement connu pour son « art transgénique » à base d’organismes génétiquement modifiés à des fins artistiques comme son lapin fluorescent vert « Alba ». Sa dernière œuvre : un « plantinal ». Il s’agit d’une nouvelle forme de vie. Kac a créé une fleur par génie génétique qui est un hybride de l’artiste et d’un pétunia.


Produit par l’Observatoire de l’Espace du CNES, La projection du film Analogies a permis d’introduire l’intervention de Gérard Azoulay, son responsable. Le film s’attache à suivre un processus de création, celui mené par Kitsou Dubois, chorégraphe qui a tenu à s’approprier l’Espace. Ses entretiens avec des scientifiques lui ont permis de comprendre certains phénomènes, comportements en micropesanteur et de s’interroger dans leur traduction artistique. La démarche de l’Observatoire de l’Espace qui vise à permettre aux artistes d’accéder au matériel spatial fait l’objet d’un débat.

Enfin, la soirée s’est terminée avec l’intervention de Mélanie Bouteloup, directrice de BetonSalon.

Depuis deux ans, ce centre d’art et de création s’est greffé au campus universitaire de Paris VII. Cette implantation particulière n’a cessé de nourrir ce projet : constituer un espace nouveau pour développer la recherche, ouverture à d’autres disciplines, développer les échanges. Petit à petit, BetonSalon réussit à dépasser les incompréhensions, les préjugés face à l’univers de l’art contemporain.

L’émission a été retransmise le vendredi 13 novembre entre 10h00 et 11h00 sur 93.1 FM radio Aligre.

 

<vide><vide>
<vide><vide><vide>